Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Tests d’évaluation de la sécurité de l'équipage par des mannequins

4 Mars 2016 , Rédigé par De Martino Alain

Tests d’évaluation de la sécurité de l'équipage par des mannequins

Les ingénieurs du Langley Research Center de la NASA à Hampton, Virginie, se préparent à une série de tests d’impacts dans l’eau pour évaluer le comportement du vaisseau spatial Orion et la sécurité de l'équipage à leur retour sur terre.

Ces essais auront pour but de simuler divers scénarios en faisant amerrir une maquette d'Orion, couplée avec le bouclier du premier vol d’Orion EFT-1 dans le bassin d'impact de Langley.

Les ingénieurs y installent aussi des mannequins dotés des mêmes combinaisons qui seront portées par le futur équipage, ceci afin de s’assurer qu’aucune blessure ne puisse les affecter.

L’analyse de ces tests aidera la NASA à évaluer la façon dont le vaisseau se comportera lors de l'amerrissage sous parachutes dans différentes conditions de vent et de hauteur de vagues. Des dizaines de « splash-tests » avec une maquette moins sophistiquée ont déjà été réalisés mais c’est la première fois que cela se fera avec un prototype bien plus proche de la réalité.

Deux mannequins du même type que ceux utilisés dans l'industrie automobile - l'un représentant une femme de 48 kg, l'autre un homme de 100 kg - ont été installés manuellement dans les sièges du vaisseau spatial. Une multitude de capteurs miniatures ont été placés à l’intérieur desdits mannequins afin de mesurer les charges et impacts ressentis.

Au cours des prochaines semaines, les ingénieurs vont appliquer une couche imperméable sur la surface de la capsule et effectuer les ultimes vérifications entre les capteurs et le système d'acquisition de données. Le vaisseau lui-même comporte aussi des capteurs permettant aux ingénieurs de recueillir des données au cours de l'impact avec l’eau.

Une série de neuf essais est prévue au début du printemps. Au cours des trois premiers essais, les ingénieurs largueront la capsule verticalement mais à des angles différents dans le bassin. Pour ces essais, les mannequins ne seront pas équipés de combinaisons et de casques. Ce n'est que lors du quatrième test que les ingénieurs équiperont les mannequins de scaphandres et de casques.

Pour les cinq derniers tests, même procédure, sauf que la maquette sera larguée après un mouvement de balançoire.

La collecte de données sur les mannequins avec et sans combinaison spatiale permettra aux ingénieurs de faire des comparaisons qui les aideront à la modélisation informatique de l'amerrissage d'Orion.

« La combinaison a une certaine influence sur la façon dont le corps réagit aux charges » a déclaré Jim Corliss, ingénieur du projet à Langley. « Imaginez que vous portiez un casque qui pèse un certain poids. Les charges latérales contribuent à jeter votre tête d’un côté et de l'autre. Il y a donc avantage à comprendre comment les mannequins réagissent avec et sans casque. »

Tests d’évaluation de la sécurité de l'équipage par des mannequins

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article