Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

artemis 1

Premières inspections d'Orion Artemis 1

10 Janvier 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Depuis son retour au Kennedy Space Center le 30 décembre dernier, Orion Artemis 1 a été installé au Multi-Payload Processing Facility. Encore positionné sur son support de transport, des techniciens, sous le module de l'équipage, examinent de près le bouclier thermique, qui a enduré des températures proches de 3000°C lors de la rentrée dans l'atmosphère terrestre. Plus tard,  ce bouclier sera retiré du vaisseau spatial et transporté dans une autre installation pour des inspections plus détaillées.

Les équipes inspectent également les fenêtres de la capsule ainsi que la protection thermique sur les panneaux de la coque arrière qui recouvrent le vaisseau spatial pour le protéger des conditions difficiles à la fois dans l'espace et lors de la rentrée à grande vitesse et à haute température.

Au-dessus de la capsule se trouve le système de redressement du module d'équipage, dégonflé, qui consiste en un groupe de cinq coussins gonflables qui permettent de redresser la capsule après l'amerrissage et qui ont été dégonflés avant le transport vers Le KSC. Toujours dans l'allée de transfert du Multi-Payload Processing Facility, les ingénieurs ont également retiré les boîtiers d’avionique externes. Par la suite, des techniciens prélèveront des échantillons d'air dans la capsule avant de la positionner dans un support de service qui rendra possible l’accès à l'intérieur. Lors de l'ouverture de la trappe, les techniciens retireront les boîtiers d’avionique internes et les charges utiles. Après inspections et tests détaillés, ces boîtiers seront réutilisés pour la mission Artemis 2.

La maintenance se poursuivra dans les mois à venir avec le retrait des produits dangereux qui restent à bord. Une fois terminé, le vaisseau spatial se rendra au Neil Armstrong Test Facility du Glenn Research Center dans l’Ohio pour des tests de vibrations acoustiques et autres tests environnementaux.

Premières inspections d'Orion Artemis 1

11 janvier 2023 : La désinstallation des composants qui seront réutilisés sur Artemis 2 a débuté dans le MPPF du KSC.

Premières inspections d'Orion Artemis 1Premières inspections d'Orion Artemis 1
Premières inspections d'Orion Artemis 1
Lire la suite

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.

15 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Les membres de l'équipe du programme « Exploration Ground Systems » de la NASA ont réussi à retirer le vaisseau spatial Orion Artemis 1 de l'USS Portland le 14 décembre, une fois le navire accosté à la base navale américaine de San Diego, la veille. 

Les ingénieurs effectueront des inspections autour des fenêtres du vaisseau spatial avant d'installer des couvertures rigides et de dégonfler entièrement les cinq airbags du système de redressement du module d'équipage en vue de la dernière étape du voyage terrestre d'Orion où Il sera chargé sur un camion et ramené au Kennedy Space Center en Floride pour une analyse post- vol. 

Avant son départ, les équipes ouvriront l'écoutille d'Orion dans le cadre des préparatifs de son voyage et retireront la charge utile « Biology Experiment-1 » qui a volé à bord. L'expérience consistait à utiliser des graines de plantes, des champignons, des levures et des algues pour étudier les effets du rayonnement spatial avant d'envoyer des humains sur la Lune et, éventuellement, sur Mars. Le retrait de la charge utile avant le retour d'Orion à Kennedy permet aux scientifiques de commencer leurs analyses avant que les échantillons ne commencent à se dégrader.

Une fois arrivé à Kennedy, Orion sera livré à l'installation de traitement des charges utiles (MPPF - Multi-Payload Processing Facility) où elles seront retirées, ainsi que son bouclier thermique et d'autres éléments pour analyse.

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.

31 décembre 2022

Orion est arrivé le 30 décembre au KSC et stocké à l'intérieur du MPPF (Multi-Payload Processing Facility). Dès le début de l'année prochaine, les analyses post-vol débuteront.

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.
Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.
Lire la suite

Succès de la mission Artemis 1

13 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Après l'amerrissage réussi d'Orion dans l'océan Pacifique à l'ouest de la Basse-Californie à 17h40 UTC  le 11 décembre, les contrôleurs de vol du Mission Control au Johnson Space Center de la NASA à Houston ont passé environ deux heures à effectuer des tests en eau libre pour recueillir des données supplémentaires sur le vaisseau spatial, y compris sur ses propriétés thermiques après avoir enduré l’intense chaleur  de la rentrée dans l'atmosphère terrestre. Les premiers retours d’analyse montrent d’ailleurs que le bouclier thermique s’est comporté comme prévu.

Le personnel de récupération a également passé du temps à prendre des images détaillées du vaisseau spatial avant de commencer à tirer la capsule sur le pont immergé de l'USS Portland.

Succès de la mission Artemis 1

Le processus de récupération impliquait des plongeurs attachant un câble appelé « ligne de treuil » et plusieurs lignes de tension supplémentaires reliées au module d’équipage. Un treuil a ensuite été utilisé pour tirer Orion dans un berceau spécialement conçu à l'intérieur du pont du navire et les autres lignes ont été utilisées pour contrôler son mouvement. L'équipe de récupération se compose de personnel et d'actifs du département américain de la Défense, y compris des spécialistes plongeurs de la Marine et des spécialistes météo de la Space Force, ainsi que des ingénieurs et des techniciens du Kennedy Space Center en Floride, du Johnson Space Center à Houston et de Lockheed Martin Space Operations.  

 

Succès de la mission Artemis 1

Orion devrait arriver à la base navale américaine de San Diego aujourd’hui 13 décembre et être déchargé le 15 puis envoyé au centre spatial Kennedy pour inspection. Là-bas, les techniciens inspecteront minutieusement Orion, récupérant les données enregistrées à bord ainsi que les charges utiles, et autres.

Lire la suite

Les « ballotements de propergol »

8 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Ce 7 décembre, jour de vol 22, les ingénieurs et contrôleurs de vol continuent de tester le vaisseau spatial et ses systèmes. Ils ont, entre autres, effectués le second test appelé « ballottements de propergol », prévus pendant les parties les plus calmes de la mission.

Les mouvements du propergol, ou clapot/ballottement (slosh en anglais), sont difficiles à modéliser sur Terre car le liquide se déplace différemment à l’intérieur des réservoirs dans l'espace ou sur Terre, en raison de l'absence de gravité.

Alexander Gerst, expérience Tether-slosh dans l'ISS

Ces « clapots » ont déjà été étudiés dans la Station spatiale internationale grâce à l’expérience SPHERES (Synchronized Position Hold, Engage, Reorient, Experimental Satellites) réalisée par Thomas Pesquet en 2017 et Alexander Gerst en 2018. En effet, le ballottement de liquide à l'intérieur d'un réservoir de carburant partiellement rempli peut modifier sa trajectoire, tout comme lorsqu’on projette une bouteille d'eau à moitié remplie dans les airs.

 

 

Ci-dessous, Thomas Pesquet travaillant dans le laboratoire Kibo de l'ISS pour vérifier le comportement des fluides en apesanteur.

Ces essais à bord d’Artemis 1 ont donc consisté à allumer les propulseurs du système de contrôle de réaction, situés sur les côtés du module de service, avec les réservoirs de propergol remplis à différents niveaux. Le premier test a été effectué le huitième jour de vol, après le premier survol de la Lune. Environ 5470 kg de propergol ont été utilisés, soit 98 kg de moins que prévu avant le lancement.

Les ingénieurs compareront les effets que les liquides, ballotant dans leurs réservoirs, ont sur le cap et l'orientation du vaisseau spatial à différents points de la mission, avec différents niveaux de propergol à bord, alors qu'Orion se déplace dans l'espace.

Lire la suite

Orion de retour vers la Terre

6 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Hier 5 décembre à 16h43 UTC, le module de service européen d’Orion a déclenché son moteur principal à moins de 127 km de la surface de la Lune pour mettre le vaisseau spatial Artemis sur une trajectoire de retour vers la Terre.

La mise à feu effectuée pour ce retour était la plus longue et la plus puissante que le module de service européen ait réalisée, et la dernière de cette envergure avant la fin de la mission Artemis 1.

« Orion et le module de service européen ont dépassé les attentes depuis le début », a déclaré le chef de mission de l'ESA, Philippe Deloo, « les quatre panneaux solaires ont produit 15 % d'énergie en plus tandis que nous consommions moins d'électricité que prévu en raison d’une moindre fluctuation de température du vaisseau spatial. »

« Il y a eu quelques problèmes mineurs qui sont communs pour un premier vol d'essai mais Orion est conçu selon les spécifications les plus élevées avec des sécurités et des sauvegardes. Grâce à l'ingénierie et au travail acharné des équipes de contrôle de vol du Johnson Space Center de la NASA et de la salle d'évaluation de mission de l'ESA à l'ESTEC, aux Pays-Bas, la mission Artemis 1 s'est déroulée sans heurts jusqu'à présent. »

La face cachée de la Lune

La plus longue mise à feu de la mission Artemis s'est produite alors qu'Orion naviguait derrière la Lune et n'était plus en contact avec le contrôle au sol. Le tir de trois minutes et 26 secondes a accéléré Orion de 1054 km/h, utilisant la gravité de la Lune pour le renvoyer vers la Terre.

Le vaisseau spatial a passé une demi-heure sans pouvoir être en contact avec la terre car la Lune bloquait tous les signaux. D’ailleurs, l'ESA travaille sur le projet « Moonlight » afin de créer une couverture de navigation et de communication par satellite autour de la Lune, ce qui réduirait ou éviterait totalement cette perte de signaux.

La Lune diminue peu à peu derrière Orion

Orion est maintenant bel et bien sur le chemin du retour. La mission Artemis 1 doit maintenant tester une rentrée et un amerrissage à des vitesses jamais tentées auparavant, qui verra Orion entrer dans notre atmosphère à 39 590 km/h, 30% plus rapide que le retour d'un vaisseau de la Station spatiale internationale.

Le module de service européen n'a que trois corrections d'orbite mineures prévues au cours des six prochains jours de croisière vers la Terre. Moins d'une heure avant l'amerrissage du 11 décembre, Orion se séparera du module de service européen et de l’adaptateur du module d'équipage, ces derniers brûlant dans l'atmosphère, leur mission terminée.

Lire la suite

Artemis 1 : L'évaluation initiale montre d'excellentes performances pour la fusée lunaire

1 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Le SLS a fonctionné avec précision, répondant ou dépassant toutes les attentes lors de son premier lancement sur  Artemis 1. La fusée la plus puissante du monde a mis le  vaisseau spatial Orion  sur la bonne trajectoire pour un voyage au-delà de la Lune et retour, et a jeté les bases de la première mission avec des astronautes sur Artemis 2 et du retour de l'humanité sur la surface lunaire à partir d'Artemis 3.

"Le premier lancement du Space Launch System était tout simplement époustouflant", a déclaré Mike Sarafin, responsable des missions Artemis. "Alors que notre mission avec Orion est toujours en cours et que nous continuons à apprendre au cours de ce vol, les systèmes de la fusée ont fonctionné comme conçu et comme prévu."

Les deux boosters d'appoint chargés de produire plus de 3200 tonnes de poussée au décollage ont atteint leur objectif de performance, aidant la fusée et le vaisseau spatial à parcourir plus de 43 km depuis son site de lancement au Kennedy Space Center en Floride et à atteindre une vitesse d'environ 6500 km/h en un peu plus de deux minutes, avant qu’ils ne se séparent. Aucun problème n'a été signalé sur aucun des sous-systèmes des boosters, y compris son avionique et son système de contrôle de vecteur de poussée utilisé pour la direction.

L'analyse montre que l'étage central de la fusée et les quatre moteurs RS-25, qui ont brûlé les 3 millions de litres de combustible de l'étage en un peu plus de huit minutes, ont répondu à toutes les attentes lors du lancement ainsi que dans les dernières minutes du compte à rebours avant le décollage, lorsque les ordinateurs de vol et les logiciels sont sous contrôle et lors des nombreux événements dynamiques, impliquant la pressurisation des réservoirs, le démarrage des moteurs et l'allumage des boosters, qui se succèdent rapidement.

La méga fusée a livré Orion à environ 5 km de son altitude orbitale prévue de 1800 par 30 km, bien dans la plage requise pour la mission, à une vitesse d'environ 28000 km/h. L'analyse montre que l'ascension de la fusée et les logiciels ont également fonctionné comme prévu.

L'étage intermédiaire de propulsion cryogénique ICPS, utilisé pour effectuer deux allumages au cours de la mission pour d'abord relever l'orbite d'Orion puis propulser le vaisseau spatial vers la Lune, s'est déroulé exactement comme prévu. L’unique moteur RL-10, qui a propulsé avec succès plusieurs missions sur nombre de planètes du système solaire et dans l'espace interstellaire au cours de ses plus de 50 ans de fonctionnement, a établi un record de durée de combustion unique, fonctionnant pendant plus de 18 minutes pour régler Orion précisément lors de son périple de plusieurs jours afin d’intercepter le voisin céleste le plus proche de la Terre.

"Les performances ont diminué de moins de 0,3% dans tous les cas", a déclaré Sarafin.  

Les ingénieurs continueront d’effectuer une analyse plus détaillée des performances du système de lancement spatial au cours des prochains mois alors que l'agence continue de progresser dans la construction et l'assemblage d'éléments pour la fusée pour Artemis 2 et les suivantes.

Lire la suite

Artemis 1 est de retour sur le pad 39B

6 Novembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Après une première tentative de lancement annulée le 29 août (défaut d’un capteur de température sur un des 4 moteurs principaux) puis une seconde le 3 septembre (fuite d'hydrogène dans la connexion entre l'étage central de la fusée et sa plate-forme de lancement mobile), la fusée lunaire de la NASA est revenue sur sa rampe de lancement en Floride vendredi 4 novembre, prête pour une série d'opportunités d’un lancement nocturne à partir du 14.

Le transporteur à chenilles de la NASA a donc commencé à déplacer la fusée hors du VAB à 03h17 UTC vendredi 4. L’ensemble de 9700 tonnes – comprenant la fusée, sa plate-forme de lancement et le transporteur – a couvert la distance de 6,8 kilomètres entre le VAB et le pad 39B en environ 11 heures.

Après avoir monté la rampe qui donne accès au complexe de lancement, le transporteur (ou CT pour Crawler Transporter) s'est positionné directement au-dessus de la tranchée d’évacuation des flammes et a abaissé la plate-forme de lancement mobile du SLS sur ses socles. La NASA a déclaré la plate-forme de lancement mobile "officiellement installée" sur la rampe de lancement à 14h07 UTC vendredi.

Contrairement aux comptes à rebours précédents, les trois prochaines opportunités de lancement d'Artemis 1 se feront de nuit, les limitations de trajectoire et la position de la lune par rapport à la Terre déterminant le moment où la mission peut être lancée.

La fenêtre de lancement du lundi 14 novembre s'ouvre à 05 h 07 UTC et dure 69 minutes avec des opportunités de lancement de secours les 16 et 19 novembre, également avec des fenêtres de lancement en milieu de nuit. La fenêtre du 12 ne sera pas utilisée car jugée trop courte (24 minutes).

Dates et heures des périodes de lancement de novembre pour Artemis 1. Crédit : Spaceflight Now

Les responsables des opérations préfèrent bien sûr lancer à la lumière du jour, mais « ce n'est pas une exigence », a déclaré Jim Free, administrateur associé de la NASA pour le développement des systèmes d'exploration car la NASA dispose de nombreuses caméras sur la rampe de lancement et de trackers à longue portée, y compris des caméras infrarouges. La fusée lunaire elle-même dispose également de caméras embarquées pour capturer des vues lors de la montée dans l'espace.

La prochaine opportunité avec une fenêtre de lancement de jour est le 22 novembre, mais la Federal Aviation Administration exige que la NASA se retire de ses tentatives de lancement la majeure partie de la semaine de Thanksgiving, car le régulateur fédéral donne la priorité à l'espace aérien civil pendant la période chargée des voyages pour les vacances, aux alentours du Kennedy Space Center. La NASA pourrait potentiellement réessayer de lancer la mission Artemis 1 le 25 novembre, le lendemain de Thanksgiving.

Lors de son dernier passage dans le VAB, les techniciens ont réparé quelques dommages mineurs sur l'isolation en mousse et rechargé les batteries du vaisseau spatial Orion ainsi que celles situées dans l'étage central entre les réservoirs d'hydrogène liquide et d'oxygène liquide, de cinq des 10 petits CubeSats en covoiturage, remplacé les batteries des propulseurs situées sur leur partie avant et testé le FTS, le système de terminaison de vol, après avoir changé ses batteries.

D'autres tâches ont aussi été effectuées à l'intérieur du VAB comme la recharge et le remplacement des instruments de calcul de radiation dans le vaisseau Orion et un accéléromètre sur un siège d'équipage.

Si le vol d'essai Artemis 1 décolle le 14 novembre, le vaisseau spatial Orion effectuera un profil de mission de 25 jours et demi, avec un amerrissage dans l'océan Pacifique le 9 décembre.

 

9 novembre : Suite à la tempête tropicale Nicole qui sévit actuellement sur la côte atlantique sud des Etats-Unis, la NASA a décidé de repousser la prochaine tentative de lancement d'Artemis 1 du 14 au 16 novembre, à 06h04 UTC. Actuellement, les plus grands risques sur le pas de tir sont des vents violents qui ne devraient pas dépasser les capacités de résistance du SLS.

 

Lire la suite

Suivez Orion en temps réel pendant la mission Artemis 1

5 Octobre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Les données de trajectoire de la première mission du vaisseau spatial Orion autour de la Lune seront accessibles au public via le site Web « Artemis Real-time Orbit » de la NASA, également connu sous le nom d'AROW, permettant à toute personne ayant accès à Internet de suivre le vol d'Orion au fur et à mesure qu'il se produit et y télécharger les données de trajectoire du vol, appelées éphémérides.

Ces données d'éphémérides peuvent être utilisées pour suivre Orion avec votre propre application logicielle de vol spatial ou votre télescope. Elles peuvent également être utilisées pour créer un modèle physique, une animation, une visualisation, une application de suivi ou d'autres projets imaginables.

Ces données sont générées par le groupe Flight Dynamics Operations (FDO) du Mission Control Center au Johnson Space Center de la NASA à Houston. FDO est responsable des opérations de trajectoire d'Orion, en gardant une trace de l'endroit où se trouve le vaisseau spatial et vers où il se dirige. FDO utilise les données de suivi du Deep Space Network et des modèles prédictifs pour mettre à jour en permanence la trajectoire prévue, de sorte que l'équipe de contrôle de vol dispose de la meilleure estimation de trajectoire possible, essentielle pour atteindre les objectifs de la mission, maintenir les liaisons de communication, éclairer correctement les panneaux solaires, ajuster la trajectoire, etc.

Les liens au bas de cet article contiendront les éphémérides publiées les plus récentes, dans la norme Orbital Ephemeris Message (OEM) du Comité consultatif pour les systèmes de données spatiales (CCSDS) - un fichier texte contenant un en-tête, des métadonnées, des informations explicatives et des données d'éphéméride, disponible au format de fichier .txt.

Après l'en-tête OEM, les vecteurs d'état d'Orion - des données décrivant exactement où Orion se trouve dans l'espace et comment il se déplace - sont répertoriées à des intervalles de quatre minutes jusqu'à l'interface d'entrée à la fin de mission. Lors des manœuvres de trajectoire, les vecteurs d'état sont signalés à intervalles de deux secondes. Chaque vecteur d'état répertorie l'heure en temps universel coordonné (UTC), la position X, Y et Z en km et la vitesse X, Y et Z en km/s.

Les OEM seront accessibles au public après la séparation d'Orion de l'ICPS, qui donnera au vaisseau spatial la poussée nécessaire dans l’espace pour voler au-delà de la Lune. Les données d'entrée seront également disponibles pour le retour d'Orion sur Terre.

Suivez Orion pendant Artemis 1 sur :

https://www.nasa.gov/specials/trackartemis/

Consultez les dernières éphémérides sur :

https://www.nasa.gov/feature/track-nasa-s-artemis-i-mission-in-real-time

Suivez Orion en temps réel pendant la mission Artemis 1
Lire la suite

Le FTS pourrait annuler le lancement Artemis 1...

14 Août 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Le FTS, ou Flight Termination System, est conçu pour détruire le lanceur SLS s'il s'écarte de sa trajectoire après le lancement.

Le 12 aout, la NASA a déclaré avoir travaillé avec le Space Launch Delta 45, unité de l'United States Space Force qui opère l’Eastern Range (prise en charge les lancements à partir de Cap Canaveral et du KSC), afin de prolonger la certification du FTS de 20 à 25 jours.

En effet, la limite de 20 jours de certification des batteries du FTS, après quoi l'unité doit être retestée, restreint les possibilités de lancement de la mission Artemis 1. L’Eastern Range exige que le FTS soit testé 15 jours avant le lancement et, en débutant un compte à rebours de 20 jours pour effectuer le tir, cela n’aurait permis que deux opportunités de lancement, les 29 août et 2 septembre, mais pas une troisième tentative le 5 septembre, dernière occasion de lancement qui se termine le 6 septembre, motivée par des exigences opérationnelles tel qu'un amerrissage diurne du vaisseau spatial Orion à la fin de la mission.

Le FTS fonctionne sur batteries qui sont mises en service dans le VAB. Le décompte débute donc dès leur installation et chargement car elles sont situées dans une zone de l'étage central accessible uniquement dans le VAB et non sur le pas de tir.

Les pourparlers sont toujours en cours… Si Artemis 1 ne se lance pas d'ici le 5 septembre, il devra revenir au VAB pour recertifier le FTS. Cliff Lanham, directeur principal des opérations des lanceurs spatiaux pour le programme « Exploration Ground Systems » de la NASA, a déclaré lors d'un briefing en juillet que ce serait un véritable défi d'achever ce travail et de renvoyer le SLS à temps sur son pas de tir pour un lancement au cours de la prochaine période qui ouvre le 20 septembre et se termine le 4 octobre.

Le FTS pourrait annuler le lancement Artemis 1...

Mise à jour, 15 aout 2022 :

Le Vice-président et responsable du programme SLS chez Boeing, John Shannon, vient de déclarer que son équipe s'est rendue au Space Launch Delta 45 et leur a montré les données de qualification des batteries, qui ont largement dépassé les 25 jours. Ils ont donc convenu que 25 jours étaient acceptables pour cette période de lancement.

Ce problème de certification des batteries sera sans objet une fois que la Nasa passera à un système d'arrêt de vol automatisé pour le SLS, prévu pour Artemis IV. Il est même question d'avoir ce système en mode "ombre" dans un vol ou deux...

 

Lire la suite

Artemis 1 : Dernière étape des préparatifs

9 Août 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Alors que la première tentative de lancement d'Artemis 1 par la NASA approche, les équipes qui effectuent les vérifications finales du Space Launch System (SLS) et du vaisseau spatial Orion dans le Vehicle Assembly Building (VAB) du Kennedy Space Center en Floride sont en avance sur le calendrier. La NASA vise un lancement pour le 29 août au cours d'une fenêtre de deux heures qui s'ouvre à 12h33UTC, avec des possibilités de sauvegarde les 2 et 5 septembre. Un lancement réussi le 29 août permettrait une durée de mission d'environ 42 jours, avec un amerrissage d'Orion le 10 octobre.  

Les équipes ont rétracté les plates-formes qui permettent l’accès à la fusée et au vaisseau spatial après que les ingénieurs aient terminé l'installation de couvertures thermiques sur l’étage de propulsion cryogénique, autour de l'adaptateur d'étage du lanceur. Les techniciens ont également replacé les portes d’accès de la section moteur de l'étage central du lanceur. Les inspections finales sont terminées sur ces sections, elles sont donc prêtes pour le vol.

Sur l’étage central de 64 mètres de haut, les équipes ont commencé les inspections de clôture de vol. À venir, les ingénieurs testeront les éléments du système de terminaison de vol dans l'inter-réservoir de l'étage central et les jupes avant des propulseurs solides avant que le SLS ne se déploie sur le pad pour le lancement. 

Les contrôleurs de lancement et de vol, ainsi que le personnel de soutien des centres de la NASA, ont terminé leur dernière simulation de compte à rebours de lancement avant la mission. L'équipe a mené de nombreuses simulations de lancement et de vol pour se préparer à Artemis 1.

Les techniciens ont également terminé de remplacer le joint gonflable qui se trouve entre le bras d'accès de l'équipage du lanceur mobile et le système d'abandon de lancement d'Orion et le module d'équipage pour empêcher tout élément extérieur de pénétrer dans la capsule. Les équipes ont étendu le bras d'accès de l'équipage, effectuent les derniers tests motorisés et installent les "passagers" (Helga and Zohar) qui font partie de l'expérience MARE ainsi que le mannequin Campos avant de fermer l'écoutille et de se rendre à la rampe de lancement, actuellement prévu pour le 18 août. 

Le mannequin Campos installé à l'intérieur du module d'équipage Orion Artemis 1 dans la High Bay 3 du VAB au KSC le 3 août 2022.

Le mannequin Campos installé à l'intérieur du module d'équipage Orion Artemis 1 dans la High Bay 3 du VAB au KSC le 3 août 2022.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>