Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Premier aperçu de l'intérieur du vaisseau Orion qui ramènera les humains vers la Lune

13 Février 2024 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 2

Les équipes du Kennedy Space Center travaillent sur la cabine d'équipage d’Orion qui emmènera les astronautes lors de la mission Artemis 2 autour de la Lune – finalisant l'intérieur, installant des panneaux de protection et d'isolation à l'extérieur, et préparant le vaisseau spatial pour les tests sous vide prévus ce printemps.

Premier aperçu de l'intérieur du vaisseau Orion qui ramènera les humains vers la Lune
Premier aperçu de l'intérieur du vaisseau Orion qui ramènera les humains vers la Lune
Premier aperçu de l'intérieur du vaisseau Orion qui ramènera les humains vers la Lune

Les logos ESA et NASA ont été collés sur le vaisseau spatial Orion. La section conique juste sous les logos est le module de service européen, la centrale électrique qui alimentera le module d'équipage au-dessus en propulsion, électricité, contrôle thermique, air et eau.

Premier aperçu de l'intérieur du vaisseau Orion qui ramènera les humains vers la Lune
Lire la suite

Orion Artémis 1 devient un article de test environnemental

6 Janvier 2024 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

De la Floride à la Lune et retour, le vaisseau spatial Orion est de nouveau en mouvement. Le module équipage qui a volé plus de 2 millions de kilomètres au cours de la mission Artemis 1 se prépare pour sa prochaine destination, le Neil Armstrong Test Facility de la Nasa à Sandusky dans l'Ohio.  

Les techniciens, à l'intérieur du Multi-Payload Processing Facility au Kennedy Space Center, utilisent une grue pour soulever le vaisseau spatial dans l'appareil de transport de module d'équipage en préparation de son départ. Des ingénieurs l'utiliseront pour des tests de qualification afin de mieux comprendre comment Orion se comporterait en cas d'abandon de lancement ou de vol. 

Après son amerrissage dans l'océan Pacifique, ce vaisseau spatial est retourné au KSC en décembre 2022. Ces composants ayant été programmés pour être réutilisés sur Artémis II, ils ont été retirés et le module d'équipage a été reconfiguré pour servir de maquette de test. Les essais de fonction du module d'équipage étant maintenant terminés, l'article d'essai a été préparé pour son transport avec sa coque arrière et sa trappe latérale.

Orion Artémis 1 devient un article de test environnemental
Lire la suite

Mise sous tension d'Orion Artemis 2

7 Novembre 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 2

Le vaisseau spatial Orion est composé de trois sections principales : le module d'équipage, où vivront les quatre astronautes, le module de service européen qui fournit l'électricité, la propulsion, l'air et l'eau et l'adaptateur de module d'équipage, qui relie ces deux premières sections.

Mise sous tension d'Orion Artemis 2

En octobre, après des mois de tests au Kennedy Space Center, le deuxième module de service européen (ESM-2) a été connecté au véhicule Orion.

Mise sous tension d'Orion Artemis 2

Et c’est le 6 novembre que le train spatial a été mis sous tension pour s'assurer que les modules fonctionnent ensemble comme ils le devraient. Cela signifie de s'assurer que les modules d'équipage et de service communiquent correctement entre eux et que l'alimentation fournie par le module de service est correctement distribuée au module d'équipage.

La mise sous tension en elle-même ne prend que quelques heures : « Le processus est très rapide ; ce n'est pas si différent que de connecter tous les appareils électroménagers de votre appartement puis de mettre le courant pour s'assurer que tout fonctionne », explique Dominique Siruguet, ingénieur d'intégration et de vérification des assemblages ESM à l'ESA.

Maintenant que l’« Initial Power-On » (IPO) est réussi, les équipes d'Orion vont tester le véhicule au cours des prochaines semaines de plusieurs manières afin de confirmer que tous les sous-systèmes fonctionnent correctement. Par exemple, la capacité du module de service à transférer l'énergie de ses panneaux solaires vers le module d'équipage, ainsi que sa capacité à passer sur des unités redondantes en cas d'urgence.

Un test important à venir est le « test de mission en boucle fermée » qui consiste en une sorte de répétition générale d’Artemis 2, simulant le scénario complet de la mission, imitant les conditions de toutes les différentes phases de la mission, du pré-lancement au lancement et à la séparation, jusqu'au retour d'Orion sur Terre

C'est la première fois que ce type de test est effectué pour le module de service. L’IPO prendra environ une ou deux semaines pendant lesquelles les équipes injecteront les paramètres des différentes phases de mission dans le module de service et vérifierons que tous les sous-systèmes de navigation, de propulsion et autres réagissent correctement pour maintenir le cap de la mission.

Mise sous tension d'Orion Artemis 2
Lire la suite

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

8 Octobre 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 2

Lors de la prochaine mission Artemis II, prévue à ce jour fin 2024, quatre astronautes voleront à bord du vaisseau spatial Orion et s'aventureront autour de la Lune, devenant ainsi les premiers à poser les yeux sur notre voisine céleste à une distance relativement proche, depuis plus de 50 ans.

Orion accueillera les astronautes Reid Wiseman, Victor Glover et Christina Koch, ainsi que l'astronaute de l'Agence spatiale canadienne (ASC) Jeremy Hansen au cours de leur voyage de près de 10 jours et de plus d’un million de kilomètres. Ils vivront et travailleront dans le module d'équipage tandis que le module de service leur fournira les produits essentiels dont les astronautes ont besoin pour rester en vie, notamment l'eau potable, l'azote et l'oxygène.

Comme c'est la première fois que des astronautes voleront à bord d'Orion, Artemis II comprendra plusieurs objectifs pour vérifier, pour la première fois, les nombreux systèmes de survie du vaisseau spatial fonctionnant dans l'espace. L’équipage aportera de précieux commentaires pour les futures missions Artemis sur la Lune.

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

La vie à bord d’un vaisseau spatial

La cabine d'Orion a un volume habitable d’un peu plus de 9m³, offrant autant d'espace de vie que deux mini-fourgonnettes. Après le lancement, l'équipage rangera les sièges de Koch et Hansen jusqu'au jour du retour, leur donnant ainsi plus d'espace pour se déplacer pendant le vol. Les dossiers des sièges de Wiseman et Glover, respectivement commandant et pilote, resteront ouverts mais leurs repose-pieds seront rangés. Orion disposera ainsi de près de 60 % d'espace en plus que les 6 m³ du module de commande Apollo.

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

Qu’y aura-t-il au menu ?

Les scientifiques du Space Food Systems Laboratory du Johnson Space Center à Houston travaillent avec l'équipage pour présélectionner leurs repas bien avant de quitter la Terre. Même s'ils n'auront pas les options quotidiennes dont dispose un équipage de la station spatiale lors de leurs expéditions, les astronautes d'Artemis II disposeront d'un menu fixe basé sur leurs préférences personnelles et leurs besoins nutritionnels. Orion est équipé d'un distributeur d'eau et d'un chauffe-plats pour réhydrater et réchauffer les aliments, et l'équipage aura des heures de repas dédiées dans son emploi du temps

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

Du sport pendant le vol

Chaque astronaute consacrera 30 minutes par jour à l’exercice, minimisant ainsi la perte musculaire et osseuse qui se produit sans gravité. Orion est équipé d'un volant d'inertie, un petit dispositif installé directement sous la trappe latérale utilisée comme marchepied pour entrer et sortir d'Orion le jour du lancement. Le volant d'inertie est un simple appareil basé sur un câble pour les exercices d'aérobic comme l'aviron et les entraînements de résistance comme des accroupissements et soulevés de terre. Il fonctionne comme un yo-yo, donnant aux astronautes autant de charge qu'ils y mettent, pour un maximum de 180 kg.

Sur la Station spatiale internationale, les astronautes disposent de plusieurs appareils d’exercice  qui pèsent collectivement plus de 1800 kg et occupent environ 24 m³. Bien qu'efficace pour les membres de l'équipage de la station spatiale, l'équipement d'exercice d'Orion doit s'adapter à des contraintes de masse et de volume plus strictes : le volant pèse environ 13 kg et est légèrement plus petit qu’une valise à main.

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

L’hygiène

La baie hygiénique comprend des portes pour plus d'intimité, des toilettes et un espace permettant à l'équipage d'apporter ses kits d'hygiène personnelle. Ceux-ci comprennent généralement des articles comme une brosse à cheveux, une brosse à dents et du dentifrice, du savon et des produits de rasage. Les astronautes ne peuvent pas se doucher dans l'espace mais utilisent du savon liquide, de l'eau et du shampoing sans rinçage pour rester propres.

Lorsque la nature se rappellera inévitablement à eux, ils utiliseront les toilettes d'Orion, le système universel de gestion des déchets ( Universal Waste Management System – UWMS), une fonctionnalité que les équipages d'Apollo ne possédaient pas. Presque identique à la version volant sur la station spatiale, le système collecte séparément l'urine et les excréments. L'urine sera évacuée par-dessus bord tandis que les excréments seront collectés dans une canette et stockés en toute sécurité pour être éliminés au retour. 

En cas de dysfonctionnement des toilettes, l'équipage pourra utiliser des urinoirs de secours pliables, un système qui collecte l'urine dans un sac et s'interface avec le système de ventilation pour envoyer l'urine par-dessus bord. Avec deux styles différents conçus pour accueillir à la fois les femmes et les hommes, les sacs contiennent chacun environ un litre d'urine. En cas de panne de l'UWMS, l'équipage utilisera toujours les toilettes pour la collecte des matières fécales, mais sans le ventilateur qui facilite la séparation des matières fécales.

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

Les soins médicaux

En cas de besoins médicaux mineurs au cours de la mission, Orion disposera à bord d'une trousse médicale comprenant des articles de premiers secours de base jusqu’aux outils de diagnostic, tels qu'un stéthoscope et un électrocardiogramme, qui pourront être utilisés pour fournir des données aux médecins sur Terre. L’équipage aura également régulièrement des conférences médicales privées avec les chirurgiens basés au contrôle de mission pour discuter de leur santé et de leur bien-être.

Le sommeil

Avec un emploi du temps chargé, l'équipage d'Artemis II bénéficiera de huit heures complètes de sommeil pour s'assurer qu'il est bien reposé et peut tirer le meilleur parti de sa mission. Pendant la majeure partie du vol, les quatre membres d'équipage dormiront en même temps, attachant leurs sacs de couchage aux murs d'Orion pour dormir un peu.

La vie à l'intérieur d'Orion lors de la mission lunaire Artemis II

Rester en contact

À l’intérieur d’Orion, les astronautes utiliseront un microphone et un haut-parleur portatifs ou porteront un casque pour communiquer avec les contrôleurs de mission, effectuer des contrôles médicaux avec les médecins de vol et entrer en contact avec leurs familles. L’équipage disposera également de tablettes et d’ordinateurs portables qu’il pourra utiliser pour revoir les procédures et charger quelques divertissements avant le lancement. 

Artemis II devra donc confirmer que tous les systèmes d'Orion fonctionnent comme prévu avec un équipage à bord dans l'environnement réel de l'espace lointain. La mission ouvrira la voie à de futures missions à la surface de la Lune, notamment par la première femme et la première personne de couleur, établissant des capacités scientifiques et d'exploration lunaires à long terme, et inspirera la prochaine génération d'explorateurs – la génération Artemis.

Lire la suite

Le module de service pour Orion Artemis 2 termine ses tests acoustiques

13 Mai 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 2

Les ingénieurs ont récemment terminé une série de tests acoustiques sur le module de service européen de la mission Artemis 2 de la NASA à l'intérieur du Neil Armstrong Operations and Checkout Building au Kennedy Space Center de la NASA en Floride.

Pendant les tests, les ingénieurs ont entouré le module de service avec de grands haut-parleurs et des microphones, des accéléromètres et d'autres équipements pour mesurer les effets de différents niveaux acoustiques. Ils analyseront ensuite les données recueillies pour s'assurer que le module est apte à résister à la vitesse et aux vibrations qu'il subira lors de son lancement et tout au long de la mission.

Une fois ce test terminé, l'équipe sera sur la bonne voie pour intégrer le vaisseau Orion à son module de service, plus tard cette année.

Le module de service pour Orion Artemis 2 termine ses tests acoustiques
Lire la suite

La réutilisation des pièces d’Orion Artemis 1

14 Février 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Une fois Orion Artemis 1 revenu sur Terre, les équipes du Systèmes d'exploration au sol (EGS pour Exploration Ground Systems) a utilisé une configuration de transport unique, avec une remorque spécialisée et un itinéraire soigneusement cartographié qui nécessite des permis spéciaux d'État et, parfois, des horaires spécifiques dans lesquelles le vaisseau spatial peut voyager le long des routes nationales, ceci afin de minimiser l'impact sur le trafic.  

Et une fois arrivé en Floride dès décembre 2022, l'équipe a immédiatement commencé ses activités de mise hors service et de démontage.

 

Dix parties du vaisseau spatial Artemis 1 seront utilisées sur l'Orion qui transportera les astronautes vers la Lune lors d'Artemis 2.

"Dès qu'Orion est arrivé en Floride, nous avons commencé le processus de démontage, d'inspection et de remise à neuf de ces 10 pièces pour les certifier pour le vol et les intégrer dans le prochain Orion", a déclaré Nathan Varn, directeur ATLO (Assembly, Test, and Launch Operations) d’Orion au KSC, Lockheed Martin. "Notre équipe a mis en place des systèmes et des processus pour accomplir tout cela aussi efficacement que possible."

L'un des éléments clés qui rend cela efficace est un système de suivi unique. Construit dans le cadre d'un partenariat entre la division Space de Lockheed Martin, responsable de la construction d'Orion, et la division Rotary and Mission Systems, qui possède une profonde expertise en logistique, il s'agit d'un système complet qui permettra à la NASA et à Lockheed Martin de suivre chacune de ces 10 pièces : leur emplacement physique, les ordres de travail pour les remises à neuf, le cycle de vie des pièces et autres marqueurs clés.

La dernière étape consistera à certifier à nouveau la pièce pour voler, puis à l'installer sur le nouveau véhicule Orion pour Artemis 2.

Les dix parties du vaisseau spatial Orion Artemis 1 qui seront utilisées sont :

- 4 antennes multiéléments: lien de communication principal de données et de voix pour les astronautes lors de toutes les phases de la mission.

- 3 unités de mesure inertielle (OIMUs - Orion Inertial Measurement Units) : fourniture de données de mesure inertielle au système de navigation et de contrôle du véhicule.

- 1 récepteur GPS : utilisé à des fins de navigation (couplé aux données des OIMUs) pour déterminer la position d'Orion dans l'espace lorsqu'il est proche de la Terre.

- 1 Unité de traitement de la vision (VPU - Vision Processing Unit) : abrite le système de commandes de vol de secours pour l'exécution d'événements dynamiques critiques pour la mission et permet la récupération des ordinateurs de commande de vol principaux. Il fournit également le stockage des données opérationnelles de mission à haut débit.

- 1 siège équipage : celui utilisé par le Commandant « Moonikin Campos ».

En fait, le processus de réutilisation d'Artemis 1 servira de guide pour les futures missions. Cinq composants d'Orion d'Artemis 1 seront également réutilisés sur Artemis 3 - ceux-ci incluent plusieurs composants de localisation et de communication tels que le deuxième récepteur GPS, une balise tri-bande, deux processeurs de bande de base en bande s et deux transpondeurs en bande s.

Le processus de réutilisation des composants individuels d'Artemis 1 évoluera jusqu'à la réutilisation de 500 pièces d'Artemis 2 et servira de tremplin vers la réutilisation de modules - un assemblage de plusieurs composants - d'un véhicule à l'autre. Avec la réutilisation de ces modules, Artemis 3 est configuré pour réutiliser plus de 5 000 de ses composants. 

Mais le parcours du module d'équipage d’Artemis 1 est loin d'être terminé, une fois ses 10 composants supprimés. Des travaux sont actuellement en cours au KSC pour le préparer à sa seconde vie en tant qu' « Orion Environmental Test Article » (ETA – Maquette de Test Environnemental). Une fois la capsule nettoyée, vérifiée et équipée d'instruments, elle sera expédiée au NASA Armstrong Test Facility à Sandusky, Ohio, pour subir le dernier test environnemental majeur requis pour prouver qu'Orion est prêt à faire voler un équipage. Elle y subira des tests acoustiques et de vibrations, simulant un abandon au lancement, afin de prouver ses capacités à résister à un environnement aussi pénible.

 

Lire la suite

Les préparations avancent au KSC pour Artemis 2

2 Février 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 2

Dans la foulée de la mission Artemis 1, la NASA se concentre sur la préparation d'Artemis 2, premier vol habité du SLS et du vaisseau spatial Orion qui testera tous les systèmes avec des astronautes à bord. Les équipes d'Exploration Ground Systems modernisent et modifient actuellement les installations du Kennedy Space Center.

Au « Rocco A. Petrone » Launch Control Center

Les membres de l'équipe de lancement modifient le compte à rebours des activités de pré-lancement et de décollage dans des salles de tir 1 et 2. Ils mettent à jour les délais nécessaire pour que l'équipage enfile leurs combinaisons spatiales, se rende à la rampe de lancement et monte dans le vaisseau spatial au sommet de la fusée, entre autres.

Au Bâtiment d'assemblage de véhicules (VAB)

À l'intérieur de ce bâtiment, les ingénieurs remplacent les unités de purge portables utilisées pour Artemis 1 par un nouveau système de contrôle environnemental (ECS) qui fournit l'alimentation en air, le contrôle thermique et la pressurisation de la fusée et du vaisseau spatial pendant les opérations d'empilement dans la High Bay 3. Les travaux devraient s'achever cette année, suivis des tests de vérification et de validation effectués par la NASA et l'entrepreneur Jacobs.

Au Complexe de lancement 39B

Un nouveau réservoir d'hydrogène liquide de 5300 m³ est en construction au LC-39B. L'augmentation de ce volume contribuera à réduire le temps entre les différentes tentatives de lancement. La construction de la zone terminale du système d'évacuation d'urgence, utilisée pendant le compte à rebours afin que les astronautes puissent quitter en toute sécurité le vaisseau spatial et la zone de lancement, est également en cours. Le système d'évacuation d'urgence sera similaire à celui utilisé pendant le programme de la navette spatiale, avec des paniers roulant sur des câbles. Pour les missions Artemis, ces câbles seront déployés à partir du lanceur mobile à chaque fois qu'il sera sur pad. Le type de panier modernisé comprendra de nouveaux matériaux et une capacité accrue. Comme dans le VAB, le système ECS du pas de tir est mis à niveau pour répondre aux besoins d'Artemis 2 et du futur bloc 1B du SLS pour Artemis 4 et au-delà. Les ingénieurs sont sur la bonne voie pour achever la construction et les mises à niveau cette année, avant les tests de vérification et de validation.

Le Lanceur mobile 1 (Mobile Launcher 1)

Des modifications sont en cours pour prendre en charge les astronautes et les systèmes de sécurité des personnes en cas d'évacuation d'urgence ainsi que des capacités qui n'étaient pas nécessaires pour le lancement d’Artemis 1. Ces modifications comprennent le développement du chemin de sortie d'Orion vers les nouveaux paniers d’évacuation d'urgence. Le système permettra aux astronautes de quitter Orion par la salle blanche du bras d'accès de l'équipage via la tour de lancement mobile jusqu'aux véhicules de transport d'urgence au sol puis vers un refuge sûr. Certains sous-systèmes subiront aussi des améliorations mineures. Les techniciens réparent également les dommages subis lors du décollage d'Artemis 1 et s'attendent à terminer toutes ces modifications cette année.

Le Crawler-Transporter 2

Les équipes sont en train de modifier et de mettre à niveau le transporteur à chenilles 2 (CT-2). Ils doivent remplacer les sortes de patins des deux grandes chenilles sur lesquelles roule le Crawler. La première livraison de 16 nouveaux vérins de direction est arrivée et les techniciens effectueront également un contrôle de corrosion à l'intérieur du véhicule. Plus tard cette année, le CT-2 transportera le lanceur mobile au complexe de lancement 39B pour des tests.

Dans le bâtiment de traitement d'Orion (Orion Processing Facility)

Les ingénieurs sont sur le point de terminer l'assemblage, l'intégration et les tests du module d'équipage d’Orion Artemis 2. Il dispose de matériels supplémentaires requis pour que les astronautes vivent dans l'espace et qui n’étaient pas inclus sur le vaisseau spatial Artemis 1, à savoir les composants de communication normaux et d'urgence, les unités d'affichage, les contrôleurs manuels, les trappes latérales et d'amarrage, les sous-systèmes de contrôle environnemental et de survie (azote, oxygène, eau et air), ainsi que la gestion des déchets et la détection et l'extinction d’incendie éventuel. Les sièges de l'équipage, un système de réchauffage et de réhydratation des aliments, ainsi que des équipements médicaux et d'exercice seront également installés dans le module d'équipage qui subira ensuite des tests thermique ce printemps, suivis de tests fonctionnels et acoustiques finaux.

Les ingénieurs ont presque terminé l'assemblage et les tests du module de service. Les opérations restantes comprennent l'installation du cône adaptateur de l'engin spatial, des mécanismes de séparation et de la buse sur le moteur du système de manœuvre orbitale. Des tests acoustiques sont également prévus pour ce printemps, et du matériel de communication optique sera également installé et testé.

Le Bouclier thermique

Le traitement se poursuit sur le bouclier thermique d'Orion pour Artemis 2. Il devrait être prêt à être fixé au module d'équipage ce printemps.

Les Chambres d'altitude

Des améliorations sont en cours dans l'une des deux chambres d'altitude à l'intérieur de la grande baie du Neil Armstrong Operations and Checkout Building pour prendre en charge les tests Artemis 2. Ces chambres peuvent simuler les conditions d'un environnement d'espace lointain avec un équivalent de vide à environ 60 000 km dans l'espace.

Le système d'abandon (Launch Abort System – LAS)

Le moteur du système d'abandon au lancement est assemblé et testé à environ 90 %. Le moteur de largage a été fixé au moteur d'abandon et l'étage intermédiaire a été fixé au moteur de contrôle d'attitude. Les opérations restantes sont l'installation et le test des instruments de vol, l’installation des couvercles et des panneaux de protection et la réalisation d'un essai fonctionnel du moteur de contrôle d'attitude.

Pour la récupération d'Orion

L'équipe post-amerrissage s'entraîne pour récupérer en toute sécurité les astronautes et Orion. Les préparatifs comprennent la pratique de différents scénarios avec une maquette de test du module d'équipage et la réalisation de tests de récupération au large des côtes de la Californie. A leur retour, les astronautes sortiront de la capsule sur une sorte de porche gonflable attenant au vaisseau où ils seront récupérés par hélicoptères et ramenés sur le navire.

Lire la suite

Premières inspections d'Orion Artemis 1

10 Janvier 2023 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Depuis son retour au Kennedy Space Center le 30 décembre dernier, Orion Artemis 1 a été installé au Multi-Payload Processing Facility. Encore positionné sur son support de transport, des techniciens, sous le module de l'équipage, examinent de près le bouclier thermique, qui a enduré des températures proches de 3000°C lors de la rentrée dans l'atmosphère terrestre. Plus tard,  ce bouclier sera retiré du vaisseau spatial et transporté dans une autre installation pour des inspections plus détaillées.

Les équipes inspectent également les fenêtres de la capsule ainsi que la protection thermique sur les panneaux de la coque arrière qui recouvrent le vaisseau spatial pour le protéger des conditions difficiles à la fois dans l'espace et lors de la rentrée à grande vitesse et à haute température.

Au-dessus de la capsule se trouve le système de redressement du module d'équipage, dégonflé, qui consiste en un groupe de cinq coussins gonflables qui permettent de redresser la capsule après l'amerrissage et qui ont été dégonflés avant le transport vers Le KSC. Toujours dans l'allée de transfert du Multi-Payload Processing Facility, les ingénieurs ont également retiré les boîtiers d’avionique externes. Par la suite, des techniciens prélèveront des échantillons d'air dans la capsule avant de la positionner dans un support de service qui rendra possible l’accès à l'intérieur. Lors de l'ouverture de la trappe, les techniciens retireront les boîtiers d’avionique internes et les charges utiles. Après inspections et tests détaillés, ces boîtiers seront réutilisés pour la mission Artemis 2.

La maintenance se poursuivra dans les mois à venir avec le retrait des produits dangereux qui restent à bord. Une fois terminé, le vaisseau spatial se rendra au Neil Armstrong Test Facility du Glenn Research Center dans l’Ohio pour des tests de vibrations acoustiques et autres tests environnementaux.

Premières inspections d'Orion Artemis 1

11 janvier 2023 : La désinstallation des composants qui seront réutilisés sur Artemis 2 a débuté dans le MPPF du KSC.

Premières inspections d'Orion Artemis 1Premières inspections d'Orion Artemis 1
Premières inspections d'Orion Artemis 1
Lire la suite

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.

15 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Les membres de l'équipe du programme « Exploration Ground Systems » de la NASA ont réussi à retirer le vaisseau spatial Orion Artemis 1 de l'USS Portland le 14 décembre, une fois le navire accosté à la base navale américaine de San Diego, la veille. 

Les ingénieurs effectueront des inspections autour des fenêtres du vaisseau spatial avant d'installer des couvertures rigides et de dégonfler entièrement les cinq airbags du système de redressement du module d'équipage en vue de la dernière étape du voyage terrestre d'Orion où Il sera chargé sur un camion et ramené au Kennedy Space Center en Floride pour une analyse post- vol. 

Avant son départ, les équipes ouvriront l'écoutille d'Orion dans le cadre des préparatifs de son voyage et retireront la charge utile « Biology Experiment-1 » qui a volé à bord. L'expérience consistait à utiliser des graines de plantes, des champignons, des levures et des algues pour étudier les effets du rayonnement spatial avant d'envoyer des humains sur la Lune et, éventuellement, sur Mars. Le retrait de la charge utile avant le retour d'Orion à Kennedy permet aux scientifiques de commencer leurs analyses avant que les échantillons ne commencent à se dégrader.

Une fois arrivé à Kennedy, Orion sera livré à l'installation de traitement des charges utiles (MPPF - Multi-Payload Processing Facility) où elles seront retirées, ainsi que son bouclier thermique et d'autres éléments pour analyse.

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.

31 décembre 2022

Orion est arrivé le 30 décembre au KSC et stocké à l'intérieur du MPPF (Multi-Payload Processing Facility). Dès le début de l'année prochaine, les analyses post-vol débuteront.

Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.
Orion Artemis1 déchargé de l'USS Portland.
Lire la suite

Succès de la mission Artemis 1

13 Décembre 2022 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #Artemis 1

Après l'amerrissage réussi d'Orion dans l'océan Pacifique à l'ouest de la Basse-Californie à 17h40 UTC  le 11 décembre, les contrôleurs de vol du Mission Control au Johnson Space Center de la NASA à Houston ont passé environ deux heures à effectuer des tests en eau libre pour recueillir des données supplémentaires sur le vaisseau spatial, y compris sur ses propriétés thermiques après avoir enduré l’intense chaleur  de la rentrée dans l'atmosphère terrestre. Les premiers retours d’analyse montrent d’ailleurs que le bouclier thermique s’est comporté comme prévu.

Le personnel de récupération a également passé du temps à prendre des images détaillées du vaisseau spatial avant de commencer à tirer la capsule sur le pont immergé de l'USS Portland.

Succès de la mission Artemis 1

Le processus de récupération impliquait des plongeurs attachant un câble appelé « ligne de treuil » et plusieurs lignes de tension supplémentaires reliées au module d’équipage. Un treuil a ensuite été utilisé pour tirer Orion dans un berceau spécialement conçu à l'intérieur du pont du navire et les autres lignes ont été utilisées pour contrôler son mouvement. L'équipe de récupération se compose de personnel et d'actifs du département américain de la Défense, y compris des spécialistes plongeurs de la Marine et des spécialistes météo de la Space Force, ainsi que des ingénieurs et des techniciens du Kennedy Space Center en Floride, du Johnson Space Center à Houston et de Lockheed Martin Space Operations.  

 

Succès de la mission Artemis 1

Orion devrait arriver à la base navale américaine de San Diego aujourd’hui 13 décembre et être déchargé le 15 puis envoyé au centre spatial Kennedy pour inspection. Là-bas, les techniciens inspecteront minutieusement Orion, récupérant les données enregistrées à bord ainsi que les charges utiles, et autres.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>