Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

L’ESM 3, plus léger, plus performant et plus sûr

14 Octobre 2020 , Rédigé par De Martino Alain

La structure qui permettra à la première femme et au prochain homme d’atterrir sur la Lune et à en revenir lors de la mission Artemis III d'ici 2024 est arrivée au hall d'intégration d'Airbus à Brême, en Allemagne, depuis son site de fabrication Thales Alenia Space à Turin, en Italie. Elle rejoint donc le deuxième module de service européen, déjà bien avancé, dans la salle d'intégration. 

Elle a été transportée dans un conteneur surdimensionné qui maintient des niveaux de température et d'humidité constants, durant toute la semaine qu’a pris le voyage pour parcourir les 1200 km.

Comme la construction d'un châssis de voiture, la structure est une coquille vide dans laquelle les techniciens viendront installer les quatre réservoirs d'ergol de 2000 l, les réservoirs d'eau de 240 l, les réservoirs d'air, les 33 moteurs, les conduites pour les connecter ainsi que les 11 km de câblage pour l'électronique.

Mais bien que la fibre de carbone et d'autres matériaux spatiaux fassent partie de tous les modules de service européens, cette troisième édition n'est pas une copie conforme de ses deux ainés. Sa conception a été modifiée pour augmenter les performances et la sécurité.

La structure qui est arrivée aujourd'hui est plus légère que les précédentes, de sorte que le vaisseau spatial Orion complet aura plus d'opportunités de lancement avec la même quantité de carburant. Cela permet d'avoir davantage de dates de lancement possibles en un an, ce qui facilite le lancement d'une mission Artemis par an.

Les 24 propulseurs de contrôle d'attitude seront intégrés dans une disposition légèrement différente afin d’augmenter la maniabilité du vaisseau spatial Orion et lui permettre de transporter d'autres charges utiles telles que des éléments de la Gateway pour des missions futures. L'actionneur qui oriente le moteur principal fait également l'objet d'une mise à niveau après avoir utilisé le matériel de la navette spatiale pour les deux premiers ESM. Enfin, les vannes du système de propulsion sont rendues plus robustes et tolérantes aux pannes pour encore plus de sécurité pour l'équipage.

L’ESM 3, plus léger, plus performant et plus sûr
L’ESM 3, plus léger, plus performant et plus sûr

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article