Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le module de service européen 2 (ESM-2)

10 Juillet 2019 , Rédigé par De Martino Alain Publié dans #ESM 2

ESM-2, le deuxième module de service européen mènera des hommes vers la Lune, environ cinquante ans après que l’être humain ait atterri pour la première fois à sa surface.

En plein montage chez Airbus, à Brême, l'ESM-2 est le « moteur » du vaisseau Orion qui effectuera sa deuxième mission et la première avec un équipage. La mission s'appelle Artemis 2 et son lancement est prévu pour 2022.

Chaque câble qui apparaît  dans cette structure doit être correctement connecté et configuré pour que les systèmes qui fournissent l’énergie, la propulsion, l’oxygène et le chauffage assurent la sécurité du vaisseau spatial et de son équipage de quatre personnes autour de la Lune et lors du retour.

Les propulseurs auxiliaires récemment installés sont partiellement visibles en bas du module de service. Ces derniers, ainsi que deux autres types de moteurs, conduiront Orion vers sa destination.

Le moteur principal est un moteur du système de manœuvre orbital de la navette spatiale réutilisé qui a déjà volé dans l'espace. Les huit propulseurs auxiliaires entrent en secours de ce moteur principal et apportent des corrections d’orbite.

Enfin, 24 moteurs plus petits regroupés dans six modules permettent un contrôle d’attitude. En position fixe, ils peuvent être déclenchés individuellement pour déplacer le vaisseau spatial dans différentes directions et le faire pivoter dans n’importe quelle position.

ESM-2 devrait être achevé et livré à la NASA en 2020.

Le module de service européen 2 (ESM-2)

Le premier module de service européen est arrivé au Kennedy Space Center en Floride en octobre 2018. Il a depuis été couplé avec l'adaptateur de module d'équipage et le module d'équipage. Le trio subit actuellement des tests thermiques et d'équilibre à Plum Brook station dans l'Ohio durant tout l’été.

Le récent test d'abandon du lancement, qui a fait ses preuves et qui a prouvé que le système pouvait mettre les astronautes en sécurité en cas d'anomalie de lancement, a marqué une nouvelle étape importante pour la première mission d'exploration d'Orion (Artemis 1).

Artemis 1 qualifiera les performances du vaisseau spatial. Orion effectuera un survol de la Lune, utilisant la gravité lunaire pour gagner de la vitesse et se propulser à 70 000 km au-delà de la Lune, à près d'un demi-million de km de la Terre, plus loin que tout être humain n'ait jamais allé.

Artemis 2 suivra une trajectoire de vol similaire mais avec un équipage de quatre astronautes.

Via ESA / AirbusSpace.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article