Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Le Mobile Launcher penche…

20 Février 2018 , Rédigé par De Martino Alain

L'énorme Lanceur Mobile (ML - Mobile Launcher) qui sera utilisé pour lancer le SLS penche. Cependant, la NASA insiste sur le fait qu'il est structurellement solide et ne nécessite pas de modifications pour contrer ce qui est décrit comme «une certaine déviation».

Sa construction a débuté pour la fusée Ares I il y a presque dix ans, avec l’arrivée de chevalets et de poutres au Kennedy Space Center par barge en février 2009. Conçu pour être plus léger que les plates-formes de lancement mobiles (MLP) des navettes spatiales, sa base est la plate-forme d'une tour fixe qui héberge une série de connexions ombilicales et d'accès pour les ingénieurs et les astronautes. 

Comme pour tous les grands projets, des modifications de conception ont été ajoutées durant la phase de construction initiale, y compris l’Emergency Egress System (EES)un système de « montagnes russes » qui peut conduire les astronautes et /ou les équipes du pad - loin en cas d'un incident majeur avec le lanceur. Les ingénieurs de Disney ont d’ailleurs été cités comme membres de l’équipe de conception.

Lorsque le programme Constellation a été annulé par le président Obama, le lanceur mobile a été remisé près du VAB sans rôle futur. 

Lorsque le programme SLS est né, le ML s’est vu attribué un sursis. Cependant, des changements de conception à grande échelle ont été nécessaires en raison de son rôle précédent qui était dédié à la conception du «bâton» unique d’Ares I. 
 

Le Mobile Launcher penche…

Le SLS nécessitait donc une toute nouvelle plate-forme de lancement pour ses quatre moteurs RS -25 et ses deux boosters latéraux. Cela nécessitait également de nombreux changements et ajouts au réseau de connexions ombilicales de la tour.

A ce jour, le bras ombilical de l’étage inter-tank (1), celui de la jupe avant (2), et du module de service (3) ainsi que le portique de stabilisation du véhicule (4) sont maintenant tous installés sur la tour. 

Cependant, un retard important dans la chronologie de l'installation du bras d’accès pour l’équipage (5) est survenu suite à des notes préoccupantes sur le ML.

Cette note évoque une légère inclinaison de la tour du côté du lanceur, s’il était installé. Et cela s’est empiré lors de l’installation du portique de stabilisation du véhicule (4) où les ingénieurs se sont aperçus que la tour non seulement penchait mais aussi se mettait en torsion. Ce fut la raison pour laquelle les installations de bras - celui de l’ICPS (6), du bras d’accès pour l’équipage (5) et les 2 stabilisateurs - sur la tour ont été mises en attente, jusqu'à ce que l'on comprenne ce problème de torsion. 

Sur ces faits, la NASA a expliqué que « le fait de pencher / se plier n'était pas la cause du retard dans l'installation du bras d'accès de l'équipage. Le ML est structurellement solide, construit selon les spécifications, et ne nécessite pas de changement de conception ou de modifications. » « Comme prévu, le lanceur mobile n'est pas parfaitement immobile » a ajouté un porte-parole de la NASA…

Tout au long du processus de modification, l'entrepreneur a régulièrement pris des mesures au laser de la tour afin de s'assurer qu'elle respecte les tolérances du système où la fusée et le vaisseau spatial seront en interface avec le lanceur mobile.

La NASA a ajouté que cette inclinaison est comprise et correspond jusqu'à présent aux prédictions. Ils continueront à la surveiller au fur et à mesure que d'autres ombilicaux seront ajoutés en réalisant des mesures au laser.

Mais si le mouvement nécessite des modifications supplémentaires à l'avenir, un plan a déjà été discuté. Selon les ingénieurs du ML, une « solution » possible serait d'enlever tout le réseau de fibre de verre léger sur la tour et de le remplacer par une grille en acier soudée sur place. Le réseau de fibre de verre fait partie de la conception originale du programme Constellation qui était destiné à économiser du poids sur le ML d’Ares I. 

Cependant, cela ajouteraient du poids au ML, qui est déjà en surpoids par rapport à sa masse «désirée». 340 tonnes en plus mettraient le ML au-delà de 450 tonnes de son objectif de poids désiré. Cela conviendrait pour le lancement du SLS Bloc1 de 2020. Pour le SLS Bloc 1b, les modifications encore nécessaires verraient l’objectif de poids dépassé de plus 1100 tonnes !

Fait intéressant, cela joue dans l'intérêt de la NASA pour la construction d’un nouveau ML spécialement pour le SLS Block 1B.

En effet, en fin d'année dernière, les dirigeants de la NASA ont exprimé leur désir d'avoir deux ML, évitant un retard de plusieurs années entre EM-1 et EM-2 en raison de la grande quantité de modifications nécessaires pour remanier le ML pour le SLS Block 1B et avec la possibilité de continuer à l’utiliser pour des missions du SLS version bloc 1 en dehors du ML actuel. 

Alors que le deuxième ML coûterait environ 300 millions de dollars, il pourrait être considéré comme «économiquement viable», basé sur le montant qu'il en coûterait pour réorganiser le ML SLS du Bloc 1 au Bloc 2, tout en augmentant potentiellement les options de mission du SLS et la cadence des lancements. 

Une décision est attendue cette année.

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article