Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Le MPPF, station-service d'Orion

30 Août 2016 , Rédigé par De Martino Alain

Le MPPF, station-service d'Orion

C’est au Multi-Payload Processing Facility (MPPF) qu’Orion fait le plein en propergol, en gaz à haute pression et en liquide de refroidissement, bâtiment qui justement vient de voir ses modifications terminées et actuellement en cours de tests.

Ce bâtiment d’environ 18000 m2 fut construit en 1995 et peut accueillir plusieurs charges utiles en même temps, en fonction de leurs tailles. Le travail de conception pour recevoir Orion a débuté en 2007 avec l’aide du « Boeing Design Lab ».

Sa modernisation a commencé en 2013 faisant partie intégrante de la mise à jour globale de tous les systèmes-sol pour faire du KSC un spatioport multi-utilisateurs. « À peu près tout du sol au plafond a été modifié pour Orion, des pipelines qui supportent le contrôle d’environnement à ceux qui délivreront les produits à charger dans Orion » a déclaré Leo DeCesare, responsable du projet.

Un second banc de traitement identique est en cours de fabrication dans le MPPF, non seulement pour Orion mais aussi pour toute autre charge utile.

Vue de  la plate-forme de service d'Orion

Vue de la plate-forme de service d'Orion

En haut de la plate-forme de service
En haut de la plate-forme de service

Actuellement, le vaisseau Orion se trouve dans le « Neil Armstrong Operations and Checkout Building ». L’étape suivante sera son accouplement avec le module de service européen (ESM) puis leur transfert au MPPF. Là, le méthylhydrazine (MMH) et le tétroxyde d'azote pour le moteur principal du module de service et les propulseurs de contrôle d’attitude du module d'équipage seront chargés, ainsi que l'ammoniac du système de refroidissement et le fréon pour l'échangeur de chaleur des systèmes électroniques du module de service lors de leurs mises sous tension avant le lancement.

En raison de la nature dangereuse de l'opération de ravitaillement, les techniciens porteront une combinaison autonome appelée SCAPER pour « Self-Contained Atmospheric Protective Ensemble ». Ces activités sont surveillées et contrôlées à partir de la salle de contrôle de lancement « Launch Control Center » (LCC) du KSC.

Tous ces travaux d’amélioration permettront un déplacement plus aisé des charges utiles ainsi qu’une certification de salle blanche « 100K » c’est-à-dire moins 100.000 particules supérieures à un demi-micron pour 28 litres d'air (1 pied-cube).

Ces améliorations comprennent également l'installation de nouveaux systèmes pneumatiques pour l'hélium, l'oxygène, l'azote gazeux et l'air conditionné ainsi qu’un système de refroidissement du sol, le tout nécessaire pour traiter un vaisseau spatial classé « habitable ».

Une grue de 18 tonnes équipée de générateurs de secours est également disponible pour déplacer les vaisseaux en cours de traitement.

C’est aussi au MPPF qu’Orion fera son premier arrêt après son vol afin de traiter et supprimer tout résidu de produit resté dans les réservoirs et éviter les fuites.

Toutes ces modifications sont donc terminées et les tests sont en cours depuis le 7 juillet pour une durée d’un an.

Ingénieurs et techniciens testent maintenant les systèmes et l'équipement.

Ingénieurs et techniciens testent maintenant les systèmes et l'équipement.

Une fois le ravitaillement effectué sur le vaisseau Orion au MPPF, l’étape suivante sera le transfert vers le « Launch Abort System Facility » où Orion sera équipé de sa tour de sauvetage et de son carénage avant d’être transporté au VAB pour son assemblage avec le SLS puis son départ vers le Launch Complex 39B.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article