Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Underway Recovery Test (URT-3).

23 Septembre 2014 , Rédigé par De Martino Alain

Entre le 13 et le 20 septembre, la NASA, accompagnée d’une équipe de Lockheed Martin et de l'US Navy ont embarqué à bord de l’USS Anchorage de la base navale de San Diego afin de réaliser un ultime test de récupération d’Orion en mer.

«Je ne suis pas sûr que les Américains saisissent l'importance de ce qui va se passer » a déclaré Charles Bolden, administrateur de la NASA au Los Angeles Times présent à bord de l'Anchorage. « La nation la plus puissante au monde est prête à envoyer un vaisseau spatial destiné à mener l'homme plus loin dans l’espace que jamais réalisé. Nous n'avions pas conçu d’engin spatial depuis l'ère Apollo. Ainsi, lorsque nous le lancerons en décembre, ce sera quelque chose que toute une génération d'Américains n'a jamais vu ».

«La Marine était là lors d'Apollo et quand Orion est arrivé, nous avons levé haut la main et dit: Écoutez, nous pouvons faire cette mission » a déclaré le contre-amiral de l’US Navy Fernandez Ponds.
Selon lui, il n'y a pas de meilleur navire pour cette mission que l’Anchorage, avec son radar, son poste de pilotage, son établissement médical efficace et sa très importante plate-forme immergeable, une zone du navire qui peut prendre l'eau pour permettre aux bateaux - et dans ce cas Orion - de se mettre à quai à l'intérieur du navire.

Ci-dessous, Charles Bolden et l'Astronaute John Casper visitent l'Anchorage.

Underway Recovery Test (URT-3).

Michael Bolger, directeur du programme de développement des systèmes au sol et des opérations au KSC a expliqué comment la récupération devait fonctionner:

Quand Orion amerrira, la Marine enverra des Zodiac avec des plongeurs à sa rencontre. Ces derniers attacheront une série de sangles afin que l’Anchorage puisse y relier un câble de treuil telle une « ligne de pêche ». En même temps, des navires plus petits seront de chaque côté d’Orion, avec pour objectif de tendre les câbles afin de centrer l’engin.

Pendant ce temps, la plate-forme immergeable s'ouvrira, se remplissant d’environ 2 mètres d'eau. Une fois le module en toute sécurité à l'intérieur, l’eau sera évacuée.

À ce stade, si l'Orion était habité, les astronautes seraient en mesure de sortir.

Dans quelques années, lorsqu’Orion effectuera son 1er vol avec des hommes à bord, l'ensemble des opérations devra prendre moins de deux heures pour assurer leur confort et leur sécurité.

En pratique, l'Anchorage a passé plusieurs heures pour se rendre en haute mer. Là, il a rencontré un autre navire qui transportait l'une des quatre maquettes du vaisseau spatial et l’a mise à l’eau à l’aide d’une grue.

La récupération a dès lors pu débuter.

Après quelques difficultés mécaniques avec l'un des Zodiac, les plongeurs se sont réunis autour du module. Des winches placés à bord des petites embarcations ont ensuite aidé à positionner Orion à l’arrière de l’Anchorage mais l’alignement fut fastidieux.

Lentement mais sûrement, le module s’est placé sur la plate-forme de l'Anchorage. Une fois l'eau évacuée, le module était en sécurité - un engin semblant beaucoup trop petit pour transporter six hommes dans l'espace profond et les ramener sains et saufs.

Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).

Mais la NASA et la Marine ont aussi testé une autre méthode utilisant une grue afin de soulever le module hors de l'eau et le placer sur le navire. A l’époque, une méthode similaire était utilisée pour récupérer les modules Apollo.

Milt Heflin, un employé de la NASA à la retraite qui a participé à huit reprises à la récupération de vaisseaux Apollo, a déclaré que bien que la méthode de la grue se veut plus facile, Orion est bien plus lourd.
« Tout ce qui est ajouté apporte du poids à l'engin spatial » a déclaré Heflin, affectueusement appelé «le sage» et consultant pour la récupération d’Orion. Sans le crochet géant construit au-dessus du module, cette récupération est devenue « beaucoup plus difficile que ce que nous faisions ».

Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).
Underway Recovery Test (URT-3).

« Allons-nous y parvenir? Je crois que bien que oui » a déclaré Bolden. « Il y a beaucoup de gens qui ne le pensent pas, mais moi, j’y crois »

Underway Recovery Test (URT-3).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article