Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

La NASA est toujours à la recherche d’astéroïdes candidats pour l’Asteroid Redirect Mission (ARM).

11 Septembre 2014 , Rédigé par De Martino Alain

Cette mission a pour but d’identifier, capturer et rediriger un astéroïde sur une orbite stable autour de la lune. Dans les années 2020, des astronautes l'exploreront et reviendront sur Terre avec des échantillons. Ceci permettra de vérifier et faire progresser les technologies et connaissances en vol spatial nécessaires pour envoyer des humains sur Mars dans les années 2030.

La NASA dispose de deux options : soit capturer un petit astéroïde issu de son « orbite natif » - l'orbite naturel dans lequel il se trouve, soit récupérer un rocher sur un astéroïde plus grand. Elle fera son choix en Décembre mais maintiendra une possible « Revue de Mission » jusque début 2015.

Une petite équipe d'ingénieurs teste d’ores et déjà les deux concepts, en capitalisant sur les technologies et ingénieries des travaux déjà réalisés à la NASA. Quatre autres sociétés américaines choisies par la NASA développent également d’autres concepts et fournissent des idées alternatives.

Les plans actuels de la NASA sont d’annoncer le choix de l’astéroïde cible environ un an avant le lancement de l'engin spatial robotisé, prévu au plus tôt pour 2019. A ce jour, la NASA a identifié trois candidats pour le concept de petit astéroïde et trois pour celui de rocher à extraire. L'agence espère encore identifier un ou deux candidats supplémentaires chaque année qui pourraient devenir autant de cibles potentielles.

A gauche, l'option A qui enveloppe un astéroïde en vol libre.

A droite, L'option de récupération d'un rocher sur un astéroïde plus grand.

La NASA est toujours à la recherche d’astéroïdes candidats pour l’Asteroid Redirect Mission (ARM).

Les télescopes terrestres et spatiaux contribuent à l'observation, le suivi et la caractérisation des astéroïdes. Le processus commence par la détection des objets géo croiseurs (NEO) et du suivi de leurs orbites: les observatoires au sol balayent d’abord une zone dans le ciel pour détecter un objet se déplaçant à travers le fond des étoiles fixes. Ensuite, l’International Astronomical Union Minor Planet Center ( qui opère au Smithsonian Astrophysical Observatory) collecte les données et détermine si l'objet a déjà été identifié. S’il est classé comme nouvel objet, les scientifiques sont en mesure d'obtenir grossièrement son orbite et une estimation de sa taille un jour ou deux après sa découverte.

Mais avant qu’un astéroïde puisse être un candidat valable, plusieurs critères d'identification doivent être respectés. Les scientifiques doivent déterminer la vitesse de rotation, la forme, la taille, l’orbite précise, la classe spectrale et même les caractéristiques de surface en cas d’extraction d’un rocher.

La meilleure façon de mesurer précisément ces caractéristiques est un radar interplanétaire, mais uniquement si l'objet est assez proche de la Terre. Lorsque l'astéroïde n'est pas dans la gamme de détection du radar, le télescope spatial Spitzer de la NASA peut contribuer à la collecte de données en utilisant l'imagerie infrarouge.

La combinaison des données recueillies par Spitzer et les observatoires au sol permet d’estimer la densité et la masse d'un astéroïde plus précisément. L’imagerie infrarouge du Spitzer a jusqu’ici permis de déterminer la taille de deux candidats ARM.

Les trois candidats retenus à ce jour pour le concept de petit astéroïde sont 2009 BD, 2011 MD, et 2013 EC20. La taille de 2009 BD est estimé à environ 4 mètres, grandeur déduite par les données fournies par Spitzer. 2013 EC20 quant à lui mesure environ 2 m, taille déterminée par imagerie radar.

Ci-dessous, 2011 MD.

La NASA est toujours à la recherche d’astéroïdes candidats pour l’Asteroid Redirect Mission (ARM).

Les gros astéroïdes les plus connus sont trop importants pour être pris en compte et ont des orbites trop éloignées pour le vaisseau spatial ARM chargé de les rediriger en orbite lunaire. Certains sont si lointains que leurs tailles et leurs compositions sont difficiles à appréhender même pour nos plus puissants télescopes. Pourtant, d'autres pourraient être des candidats potentiels, mais le temps manque pour toutes les observations à réaliser…

Cependant, il existe actuellement trois astéroïdes-candidats validés pour le concept de récupération de rocher à leur surface, connus sous le nom d’Itokawa, Bennu et 2008 EV5.

Itokawa a été observé directement et de très près par la mission japonaise Hayabusa et est connu pour contenir des rochers d'une taille idéale d'environ 3 mètres.

2008 EV5 et Bennu ont été imagés par radar et les données collectées permettent de déduire qu'ils ont aussi des rochers de la taille appropriée.

En outre, la mission OSIRIS-REx (lancement prévu en 2016) sera d'étudier Bennu et de réaliser une cartographie détaillée de sa surface, en plus de prélever des échantillons et de les retourner sur Terre pour une étude plus approfondie.

Dessin d'artiste d'OSIRIS-REx..

La NASA est toujours à la recherche d’astéroïdes candidats pour l’Asteroid Redirect Mission (ARM).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article