Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

31 juillet: préparatifs pour un nouveau test de récupération en haute mer.

3 Août 2014

La NASA et son maître d'œuvre Lockheed Martin se sont associés avec l'US Navy et le « Defense's Human Space Flight Support Detachment 3 » afin de tester les techniques de récupération d’Orion après son amerrissage au cours d'un 2ème essai appelé URT 2 (Underway Recovery Test) du 1er au 4 août, au large de la côte de San Diego, en Californie. URT 2 reprendra là où URT 1 s'est arrêté: au cours de ce premier test en Février, les conditions en mer n’ont pas permis de terminer l’activité avant que tous les objectifs ne soient atteints. Depuis, l'équipe a travaillé sur des concepts leur permettant de récupérer Orion en toute sécurité en dépit de ces conditions.

« Au cours de ce test, l'équipe étudiera d'autres procédures et méthodes de récupération » a déclaré Mike Generale, directeur des opérations de récupération d'Orion et directeur des essais de recouvrement au Centre Spatial Kennedy en Floride. « L'un des objectifs est d'avoir une procédure principale et une autre secondaire de récupération du module ».

Les données recueillies au cours d’EFT-1 auront une influence sur les décisions de conception, de validation des modèles informatiques existants et des approches novatrices en matière de développement des systèmes spatiaux ainsi que sur les réductions des risques et des coûts pour les vols ultérieurs. Pour tout cela, la récupération du véhicule est primordiale, et ces essais permettront à la NASA, combinée avec Lockheed Martin et la marine américaine, de travailler et de se roder ensemble.

Pour URT 2, Orion sera chargé sur le pont de l’USS Anchorage et l'équipe se rendra au large de la côte de San Diego, à la recherche de conditions de mer répondant aux besoins du test. De nouveaux équipements de support développés pour URT 2 accompagneront le véhicule. Ce nouveau matériel comprend un système de coussin d'air et un collier de répartition de charge autour du module. Le laboratoire des prototypes au KSC a aussi conçu un nouveau dispositif appelé « Line Load Attenuation Mechanical Assembly (LLAMA) » qui limite les forces qui sollicitent les amarres tandis qu’Orion est guidé vers le pont du navire.

Ces amortisseurs de tension, une sorte d’amortisseur en caoutchouc que les marins utilisent pour tendre leurs amarres, seront également testés. Au cas où la mer soient trop importante pour fixer le module de l'équipage dans son berceau de récupération ou qu’une récupération en urgence soit nécessaire, une sorte de natte en caoutchouc déposée sur le pont du navire a été développé et est parée à l'emploi à tout moment.

Ci-dessous, un exemple de tendeur d'amarrage.

31 juillet: préparatifs pour un nouveau test de récupération en haute mer.

Un harnais de levage sera également sur place pour la récupération avec la grue. « Chacune des nouvelles pièces sera évaluée sur ses capacités et les meilleures solutions seront testées pendant URT 3 en Septembre pour mettre en valeur leurs limites et leur aptitude à EFT-1 en Décembre » a déclaré Generale.

Tous ces tests aident la NASA dans la récupération d’Orion en toute sécurité car ils permettent à l'équipe de comprendre comment s’ajuster aux différentes conditions de mer et aux scénarios d'urgence.

Ci-dessous, a la base navale américaine de San Diego en Californie, Orion et son support sont fixés sur le pont de l'USS Anchorage le 29 Juillet 2014 pour le 2ème test de récupération en haute mer.

31 juillet: préparatifs pour un nouveau test de récupération en haute mer.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article