Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Simulation du Vol EFT-1 a Houston.

30 Mai 2014

Dans quelques mois, la NASA enverra un nouvel engin spatial dans l'espace pour la première fois. Et ici sur terre, le Centre de Commande de Houston sera « à la barre ».

C'est une étape à laquelle l'équipe de contrôle de vol de Mike Sarafin (directeur du vol EFT-1) d'environ deux douzaines de personnes se prépare depuis deux ans et cette semaine ils ont participé à une simulation conjointe avec l'Équipe d'Administration de Mission (Mission Management Team), le Centre de Contrôle de Lancement et d'Essai (Test and Launch Control Center) et l'Équipe de Soutien d’Ingénierie (Engineering Support Team), situés au Centre spatial Kennedy en Floride. En couvrant le pré-lancement et les phases orbitales de la mission, les équipes ont dû gérer des problèmes qui pourraient exiger des décisions en temps réel avant et pendant la mission réelle.

Sans équipage à bord d'Orion pour les deux premières missions, les contrôleurs de vol seront les yeux et les oreilles qui contrôleront la santé et le statut de l'engin spatial. Si quelque chose tourne mal, ce sera à eux de le gérer et d'y remédier. Ce n'est pas vraiment un nouveau concept pour ces contrôleurs qui, tous, ont acquis de l'expérience aux consoles de contrôle de vol des navettes spatiales.

Mais cela ne ressemblera pas tout à fait aux précédentes missions qu’ils ont effectuées.

“Les mathématiques sont toujours des mathématiques, l'ingénierie, toujours de l'ingénierie et la physique, toujours de la physique,” a dit Sarafin. “Mais les sous-systèmes de l’engin spatial, son design et ses capacités sont tous différents. Nous avons donc dû repartir de zéro et construire nos propres procédures.”

Ils l'ont fait avec l'aide du Centre de Commande d’Ingénierie qui vient tout juste de terminer la modernisation des trois des salles de commande de vol principales.

Les essais et tests ont quand même révélé quelques problèmes de logiciel de vol que l'équipe a été en mesure de solutionner. Ils ont fait des simulations, testé de nouveaux instruments et vérifié que les données d’Orion pourraient, avec succès, être transmises aux contrôleurs de mission. Tout n’est pas encore prêt mais, Jimmy Spivey (directeur du Mission Operations Exploration Office) et Sarafin assurent que l'équipe sera prête à temps pour le lancement.

Simulation du Vol EFT-1 a Houston.
Simulation du Vol EFT-1 a Houston.
Simulation du Vol EFT-1 a Houston.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article