Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Développement du vaisseau spatial ORION de la NASA

Installation du module Orion sur son bouclier thermique.

29 Mai 2014

Au Kennedy Space Center, dans la bâtiment appelé "Operations & Checkout Building" (auparavant connu sous le nom de "Manned Spacecraft Operations Building", là où les capsules Gemini et Apollo furent testées et intégrées et où se trouvent aussi le quartier des astronautes avant leur vol), le bouclier thermique est positionné de manière a recevoir Orion.

Poids du bouclier: aux alentours de 850 Kg.

Diamètre: 5 mètres.

Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.

Puis Orion y est accouplé.

Le bouclier est constitué d'un squelette en titane recouvert d'une "peau" en fibre de carbone appelée Avcoat qui se consume pendant la rentrée atmosphérique afin de prévenir le transfert de chaleur au module d'équipage. L'Avcoat est lui-même recouvert d'une protection réfléchissante argentée qui le protège de la température extrêmement basse de l'espace et qui se consumera aussi durant la rentrée atmosphérique.

Il s'avère qu'un nouveau bouclier thermique sera nécessaire pour les retours de Mars.En effet, l' actuel n'est validé uniquement que pour des rentrées atmosphériques à basse énergie comme le retour de la Mission d'Exploration-2 (EM-2) autour de la Lune.

Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.
Installation du module Orion sur son bouclier thermique.

Le bâtiment appelé "Operations & Checkout Building", situé sur Merritt Island.

Installation du module Orion sur son bouclier thermique.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article